La perception des ampoules de luminothérapie

Les avis sur les ampoules de luminotherapie

Si la luminothérapie s’est progressivement muée en alternative sérieuse et crédible pour le traitement et la prévention de certains troubles affectifs saisonniers et autres dérèglements de l’horloge biologique, c’est avant tout grâce à l’engouement qu’ont suscité les simulateurs d’aube et surtout les lampes de luminothérapie.

Aujourd’hui, cet intérêt du grand public est catalysé par des produits high-tech comme les lunettes de photothérapie ou encore les montures à expérience visuelle et auditive.

De leurs côtés, les ampoules à spectre complet ont longtemps été reléguées au rang de composante parmi d’autres des équipements de luminothérapie. Pourtant, les ampoules peuvent parfaitement se suffire à elles-mêmes pour éclairer votre intérieur d’une lumière blanche de bonne facture qui redonnera le moral à toute la famille !

Nous vous proposons de découvrir ce que pensent les consommateurs et le corps médical des articles qui figurent dans le comparatif des ampoules de luminotherapie. C’est parti…

Les ampoules plein spectre auprès du grand public

« Même avec un éclairage puissant, je sentais que mes yeux faisaient des efforts considérables pour distinguer les couleurs et les formes des objets », nous explique Jonathan, étudiant en commerce en région parisienne.

« C’est mon ophtalmologue qui m’a suggéré d’installer une ampoule à spectre complet dans ma chambre. C’est radical ! L’éclairage n’a pas beaucoup changé, mais je n’ai plus de maux de tête après 20 minutes de révision ou devant mon PC ».

Au-delà de l’intensité lumineuse, ce sont la température des couleurs exprimée en degrés Kelvin et l’Indice de Rendu des Couleurs (IRC) qui jouent sur le confort visuel, et ça, Emilie l’a bien compris !

Cette mère de famille témoigne : « Chez moi, toutes les ampoules présentent un IRC supérieur à 85 et une température comprise entre 5 500 et 6 500, en fonction de la pièce. Il en va de la bonne humeur de la petite famille ! ».

En effet, un IRC supérieur à 85 restituera quasi-parfaitement la lumière du jour afin de profiter au mieux des bienfaits de la luminothérapie sur le moral, mais aussi sur le rythme circadien avec à la clé le traitement et la prévention de la dépression saisonnière, le blues hivernal, la fatigue chronique ou encore les troubles du sommeil.

« Je les utilise pour le confort visuel qu’elles offrent mais aussi pour leur côté économe », nous rappelle Emilie. En effet, les ampoules à lumière du jour LED ou à néon permettent des économies d’énergie qui peuvent atteindre les -70% en comparaison avec les ampoules à incandescence ou les halogènes.

Les ampoules à lumière du jour vues par les professionnels de la santé

« Les ampoules fluorescentes standards couramment utilisées dans nos intérieurs sont un IRC compris entre 70 et 82 sur 100 et une température de 2 700 à 4 000 K, ce qui ne couvre que très médiocrement le spectre des couleurs », explique ce professionnel du bien-être.

Résultat : même avec une bonne vision, la migraine et les maux de tête ne sont jamais loin, et la saison froide devient systématiquement ponctuée d’une baisse de moral et d’une humeur maussade.

Pour pallier ce contretemps, les praticiens conseillent de faire appel à des ampoules plein spectre dans toutes les pièces pour profiter des bienfaits de la luminothérapie tout en épargnant à l’œil l’effort de compensation pour distinguer les formes et les couleurs des objets qui vous entourent.

« Attention toutefois à choisir des modèles sûrs. Ne pas hésiter à demander conseil à son médecin notamment si l’on est sous antidépresseurs ou si l’on prend des médicaments photosensibilisants », rappelle ce chrono-thérapeute.