Que pense le grand public de la luminothérapie ?

Les avis du public pour la luminothérapie

Si elle fait aujourd'hui le tour des plateaux télé chaque année à l'approche de la saison froide, la luminothérapie a longtemps été boudée par le grand public, avec une traversée du désert qui aura duré plusieurs décennies depuis les travaux du docteur danois Niels Finsen qui lui ont valu le prix Nobel de médecine en 1903.

Après avoir répondu aux questions « Qu'est-ce que la luminothérapie ? », « Comment agit la luminothérapie médicale ? » et « Quelle est l'origine de la luminothérapie ? », intéressons-nous à présent à la perception du traitement par la lumière blanche par la communauté scientifique et le grand public. C'est parti…

La luminothérapie vue par le grand public

Qui de mieux placé que les Scandinaves pour évaluer l'efficacité de la luminothérapie ? En effet, les longs mois d'hiver sont souvent dépourvus de la lumière du jour, affectant ainsi l'humeur et le bien-être des Suédois ou des Norvégiens.

« Ici, pendant l'hiver, vous vous levez tôt le matin pour aller travailler. Il fait encore très sombre. Quand je sors du bureau, la nuit est déjà tombée. Durant les quelques heures du jour, vous êtes à l'intérieur et donc vous ne profitez pas de la lumière dont vous avez besoin », explique Magnus, un Suédois qui a longtemps couvé une dépression saisonnière qui devenait chronique au fil des années.

Aujourd'hui, ce jeune actif est un aficionado du simulateur d'aube, de l'éclairage simulé et de la lampe de luminothérapie. Résultat ? Diminution drastique de la fréquence de l'insomnie, meilleure concentration au travail et relaxation profonde pour une meilleure énergie vitale. Chaque hiver, c'est le même rituel pour Céline. Pendant la saison où la lumière du soleil baisse substantiellement, cette mère de famille compense grâce aux lux de la lampe de photothérapie.

« Avant, j'avais tout le temps envie de dormir ou de faire la sieste et j'avais du mal à rester concentrée au travail. Maintenant, il y a vraiment une différence », explique-t-elle.

Accro au soleil, Laurence David est une parisienne qui ne manque aucune éclaircie hivernale. « Je bois le soleil par les yeux. Ça me fait du bien », explique-t-elle. Elle ne possède qu'une seule fenêtre dans son appartement ; une ouverture qui ne suffit visiblement pas à satisfaire sa soif de lumière.

Résultat : de longs mois de déprime pendant l'hiver depuis plusieurs années. Il y a quelques mois, elle a enfin trouvé la parade : une lampe de luminothérapie stratégiquement placée dans sa chambre.

« Le matin, mon premier réflexe c'est d'appuyer sur le bouton. C'est comme si j'avais le soleil chez moi ! » explique Laurence. « J'avais des insomnies qui duraient plusieurs semaines. Depuis que j'ai eu la lampe, j'ai recommencé à dormir au bout de quatre jours ».

Notons enfin que ces témoignages proviennent tous de sources tierces, notamment des reportages de télévision objectifs diffusés respectivement sur les journaux de France 2 et France24.

La luminothérapie marquée par le sceau de la médecine

Depuis la mise en lumière du rôle de la mélatonine et de la sérotonine dans la régulation des rythmes de l'horloge biologique, la luminothérapie médicale s'est érigée en thérapie prouvée et approuvée par le corps médical.

C'est ainsi que la thérapie par la lumière naturelle simulée interviendra dans le traitement de la dépression hivernale, la fatigue chronique, les troubles du sommeil ou encore les désagréments du jet lag ou du décalage horaire.

Dans ses recommandations annuelles pour « une rentrée heureuse et zen », Michel Cymes classe la luminothérapie en deuxième position des mesures à adopter d'urgence pour démarrer l'année sur les chapeaux de roue.

Le médecin préféré des téléspectateurs français précise que pour « diminuer le risque de dépression saisonnière, il faut de la luminosité. Achetez si vous le pouvez ou faites-vous offrir sinon un appareil de luminothérapie. Ça marche ! Ces lampes sont excellentes pour le moral et ne présentent pas de danger pour la peau. » Voilà qui est dit !

Notons par ailleurs que la photothérapie est approuvée par de nombreux organismes qui font autorité dans le monde de la médecine et des sciences de la santé, à l'image de l'Association des Psychiatres du Canada, de l'American Psychiatric Association, du National Institute of Mental Health, de la Société pour la Luminothérapie et le Rythme Biologique ou encore par l'Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux.