Quand pratiquer la luminothérapie médicale ?

Le meilleur moment pour faire de la luminotherapie

Vous avez enfin décidé de prendre le taureau par les cornes pour tordre le cou à cette dépression saisonnière qui pointe le bout de son nez à chaque hiver, à ces troubles du sommeil qui minent votre humeur ou à ces problèmes de peau qui altèrent votre confiance en vous ? C’est une excellente résolution.

Si en plus vous avez choisi d’opter pour la luminothérapie, attendez-vous à un hiver lumineux sans anxiété ou fatigue ! Ce sera également l’occasion de lutter contre les variations volatiles de votre poids, les symptômes de l’asthénie et le stress…

Après avoir apporté des éléments de réponse à la question « Comment agit la luminothérapie ? », nous nous intéressons aujourd’hui au moment opportun pour allumer sa lampe de luminothérapie et faire le plein de vitalité pour un moral d’acier ! C’est parti…

Des séances matinales pour une efficacité optimale

Après les quelques séances à l’hôpital, en cabinet ou dans un institut de bien-être pour vous familiariser avec le concept, vous aurez l’occasion de poursuivre vos séances de luminothérapie médicale à la maison sur une fréquence quotidienne.

Il suffira alors de disposer votre lampe de luminothérapie ou votre simulateur d’aube sur votre table, de vous placer à la distance préconisée par votre praticien et d’enclencher votre source de lumière blanche pour remédier au manque d’ensoleillement.

Toutefois, sachez que l’efficacité de vos séances varie fortement selon le moment de l’exposition, notamment à cause de la réceptivité de la glande pinéale à la lumière du jour simulée, ce qui entraîne des changements dans la sécrétion de la sérotonine et de la mélatonine, hormones impliquées dans l’équilibre du rythme circadien et de l’alternance des périodes d’éveil et de sommeil.

Comme vous vous en doutez, le meilleur moment pour s’exposer à votre lampe de luminothérapie reste le matin, idéalement au réveil. C’est le meilleur moyen d’activer le mode « jour » en catalysant la sécrétion de la sérotonine et de limiter la production de mélatonine pour passer du sommeil à un éveil plein de vitalité.

Naturellement, cela présente une contrainte pour les actifs qui sont le plus souvent soumis à un rush matinal. Si votre rythme ne vous permet pas une séance d’une demi-heure avant d’aller au travail, vous pouvez toujours faire une séance l’après-midi : ce n’est pas l’idéal mais ce sera toujours mieux de ne pas le faire du tout.

Selon vos difficultés et les besoins de votre organisme

Pour programmer vos séances de luminothérapie médicale à la maison, vous devrez vous plier aux besoins de votre organisme. Si vous éprouvez des difficultés à vous endormir à une heure raisonnable ou si vous avez des insomnies, il devient alors essentiel de ménager votre temps pour des séances au réveil.

Cela vous permettre de rééquilibrer votre horloge biologique. Si au contraire, vous souffrez de somnolence et que vous avez l’endormissement (trop) facile, vous gagneriez à programmer vos séances de photothérapie en fin d’après-midi pour retarder l’heure du sommeil.

Attention : il est déconseillé de s’exposer à votre lampe de luminothérapie juste avant de se coucher. Les praticiens conseillent de mettre hors tension toutes les sources de lumière blanche au moins trois heures avant l’heure d’aller au lit.

Autrement, vous souffrirez de l’effet pervers et il vous sera difficile de bien dormir et de trouver un sommeil profond. En effet, une lampe de luminothérapie enclenchée le soir induira votre organisme en erreur en lui envoyant l’information qu’il fait jour.

Après avoir défini les besoins de votre organisme et planifié des séances de luminothérapie, il est primordial de faire preuve d’assiduité et régularité pour traiter et prévenir les troubles du sommeil, la déprime hivernale ou les problèmes de peau sont vous souffrez.

D’un autre côté, il est important d’apprendre à écouter votre corps : si vous voyez que des séances matinales ne sont pas suffisantes et que vos troubles affectifs ou physiques persistent, n’hésitez pas à programmer des séances complémentaires l’après-midi.

La luminothérapie médicale est une méthode douce et non invasive qui ne comporte que très peu d’effets secondaires, elle peut donc être utilisée sur une base biquotidienne si le patient ne présente pas de contre-indications comme des pathologies rétiniennes, des troubles maniaco-dépressifs ou des pathologies qui nécessitent un traitement par des médicaments photosensibilisateurs.

Notez enfin que la luminothérapie reste efficace même pendant l’été, à fortiori si vous passez de longues heures au bureau qui vous empêchent pleinement de profiter des rayons du soleil.